Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Développement Durable

Bilan des Émissions de Gaz à Effet de Serre de la DEAL Martinique

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 2 août 2013 (modifié le 2 janvier 2019)

La DEAL de Martinique, en tant que Service de l’Etat, est soumise à l’obligation de réaliser un Bilan de ses Émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES), accompagné d’une synthèse des actions envisagées pour réduire ces émissions.

La méthode permet de connaître la pression globale sur le climat générée par les activités de la DEAL, ses marges de manœuvre à court et long terme pour la réduire.

Le plan d’actions de réduction des émissions de gaz à effet de serre est mis en œuvre depuis juin 2013. Le poste "déplacements" étant le plus contributeur en émission, la priorité est donnée à l’optimisation des transports (le covoiturage pour les déplacements domicile-travail, l’éco-conduite, la promotion de la visioconférence, la formation sur place et l’achat de véhicules hybrides). Le second poste d’émission à réduire est l’énergie (l’isolation des fenêtres, les détecteurs de présence dans les communs, la climatisation). Enfin, la réduction des déchets de bureau par le tri et la collecte des déchets est à conforter afin de privilégier la valorisation matière plutôt que l’incinération.

A long terme, ces résultats permettent de modifier la stratégie de l’activité de l’entreprise pour la rendre progressivement moins « riche » en carbone.

Le BEGES s’inscrit dans un processus d’amélioration continue et fait l’objet d’un suivi et d’une actualisation tous les trois ans.

Le BEGES de la DEAL a été révisé en 2018, sur la base de données de 2016.

Synthèse du bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de la DEAL Martinique en 2016 (format pdf - 380.6 ko - 02/01/2019)

, la priorité est donnée transports (le covoiturage pour les déplacements domicile-travail, l’éco-conduite, la promotion de la visioconférence, la formation sur place et l’achat de véhicules hybrides). Le second poste à réduire est l’énergie (l’isolation des fenêtres, les détecteurs de présence dans les communs, la climatisation). Enfin, la réduction des déchets de bureau par le tri et la collecte des déchets afin de privilégier la valorisation matière plutôt que l’incinération.

A long terme, ces résultats permettent de modifier la stratégie de l’activité de l’entreprise pour la rendre progressivement moins « riche » en carbone.

A SUPPRIMER : Ils permettent également de demander par la suite aux fournisseurs de faire leur Bilan Carbone® pour les choisir en fonction de leurs performances en la matière.