Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Paysage Eau Biodiversité

Zones humides

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 11 mai 2011 (modifié le 12 décembre 2012)

« On entend par zone humide (selon la loi sur l’eau de 1992)

Mangrove

, les terrains exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire. La végétation quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année. Les définitions scientifiques rajoutent que les sols sont quant à eux hydromorphes ».
Les caractéristiques essentielles minimales d’une zone humide sont l’inondation soutenue, récurrente ou la saturation à la surface ou à proximité de celle-ci ainsi que la présence de caractéristiques physiques, chimiques et biologiques reflétant ce type d’inondation ou de saturation.

Les caractéristiques communes du diagnostic des zones humides, sont les sols hydromorphes et la végétation hygrophile. Ces caractéristiques doivent être présentes, sauf là où des facteurs spécifiques physico-chimiques, biotiques ou anthropogéniques les ont éliminées ou ont empêché leur développement.

En 2005, une étude a été menée sur les zones humides de la Martinique. Le maître d’ouvrage de cette étude était le Parc Naturel Régional de la Martinique (PNRM). Elle a été financée par la DIREN et le PNRM. Les objectifs étaient de :

  • Recenser les zones humides de la Martinique, en préciser la situation géographique,
  • Apprécier leur valeur patrimoniale par un inventaire des espèces et habitats rencontrés,
  • Faire le diagnostic écologique de chaque zone humide,
  • Apprécier les diverses menaces pesant sur chaque zone humide,
  • Réaliser une base de données SIG (Système d’information géographique) de cet inventaire.
    Mare

    Au regard de cette étude, il apparaît que les zones humides de la Martinique représentent un patrimoine varié aux fonctions et aux valeurs multiples indispensables au développement de l’île. Elles restent cependant menacées et il conviendra désormais d’en tenir compte dans les politiques d’aménagement et de protection de la nature.

Lors de cette étude, plus de 1200 zones humides ont été cartographiées, d’une surface totale d’environ 2500 ha. Les 3/4 de ces zones humides sont des mares. Mais 80% de la surface est occupée par les mangroves.

Vous pouvez télécharger :

  • Le rapport de synthèse (format pdf - 3.1 Mo - 11/05/2011)
  • Les annexes au rapport (format pdf - 1 Mo - 11/05/2011)
  • La bibliographie (format pdf - 64.1 ko - 11/05/2011)
  • Le volet socio-environnemental (format pdf - 409.7 ko - 11/05/2011)

    Un inventaire de terrain a ensuite été réalisé pour 154 zones humides, sélectionnées de façon à respecter la répartition par types généraux et leur distribution géographique, écologique et climatique.
    Une typologie adaptée à la Martinique a été proposée au cours de cette étude. Elle comprend quatre groupes généraux, divisés ensuite en plusieurs types :

  • zones humides salées ou saumâtres (7 types)
  • zones humides d’eau douce inondables ou saturées (5 types)
  • étangs et mares d’eau douce (4 types)
  • bassins d’eau douce aquacoles ou d’épuration (4 types) Pour chaque type, les fonctions et les valeurs des zones humides, ainsi que leur vulnérabilité et les menaces qui pèsent sur elles, ont été définies.