Logo préfècture région
DEAL MARTINIQUE
Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

Les données chiffrées

publié le 12 mai 2011 (modifié le 12 décembre 2012)
station d’épuration

La Martinique possède un parc de 86 stations d’épuration publiques. Les 40 stations les plus grandes prennent en charge à elles seules plus de 90% de la pollution générée par la population raccordée à un réseau d’assainissement collectif.
Cependant, seulement la moitié de la population martiniquaise (65% de la population urbaine et 40% de la population rurale) est raccordable à un réseau d’assainissement collectif existant ; aujourd’hui, 150 000 habitants sont effectivement raccordés.
Les 240 000 habitants non raccordés utilisent un système d’assainissement autonome souvent défaillant du fait d’une mauvaise conception ou d’un entretien insuffisant, ou rejettent directement les eaux usées dans le milieu naturel sans aucun traitement.

Quelques chiffres :

  • 300 stations d’épuration
  • 80% de micro-stations (< à 500 Equivalent Habitant*)
  • 86 stations publiques
  • 60% de la population est en assainissement autonome
  • 40% de la population est raccordée au réseau collectif
  • 90% du traitement est fait par des stations utilisant le procédé des boues activées.
    Une partie importante des boues des stations d’épuration est éliminée en décharge autorisée.
  • 58% des eaux épurées sont rejetées en rivière.
  • 9 distilleries : 400 000 EH sur 100 jours par an.
    Investissement de 11 millions d’euros pour équiper toute les distilleries.
  • 3 types de traitement :
    • lagunage / stockage aéré,
    • méthanisation (dégradation anaérobie),
    • floculation / décantation / filtration.

      Définition de Equivalent-Habitant (EH) : Unité de mesure permettant d’évaluer la capacité d’une station d’épuration. Cette unité de mesure se base sur la quantité de pollution émise par personne et par jour.
      1 EH = 60 g de DBO5/jour soit 21,6 kg de DBO5/an.
      La directive européenne du 21 mai 1991 définit l’équivalent-habitant comme la charge organique biodégradable ayant une demande biochimique d’oxygène en 5 jours (DBO5) de 60 grammes d’oxygène par jour.

      Des contrôles d’autosurveillance sont réalisés chaque année par la DAF et la DDE. 32 stations de plus de 2000 EH d’une capacité épuratrice de 341 700 EH ont été contrôlées en 2005.
      contrôle 2005 de l’autosurveillance des stations d’épuration (format pdf - 1.5 Mo - 12/05/2011) de moins de 2000 EH est disponible en téléchargement.

      Un audit du parc des stations d’épuration est réalisé tous les 4 ans par le Conseil général et la DEAL. 62 des 86 stations d’épuration publiques ont été auditées en 2005.
      La synthèse des audits du parc des stations d’épuration (format pdf - 2 Mo - 12/05/2011) de la Martinique est disponible en téléchargement.
      Les documents détaillés sont disponibles sur demande ; pour l’autosurveillance, merci de vous adresser à la DAAF [1] (service Police de l’eau) et pour le diagnostic, vous pouvez vous adressser à la DEAL (cellule Documentation) ou au Conseil général.

      La directive européenne « assainissement » du 21 mai 1991 ERU [2] est relative au traitement des eaux résiduaires urbaines. Elle impose un échéancier de collecte et de traitement dont les dates et les niveaux dépendent de la taille des agglomérations et du type de milieu où s’effectue le rejet.

L’assainissement collectif et le non collectif rencontrent diverses problèmatiques :

Assainissement collectif Assainissement non collectif
retard en équipement de stations et de réseaux et en taux de raccordement aux réseaux systèmes d’assainissement autonome défaillants ou incomplets
prolifération de mini et micro stations d’épuration mal entretenues défaut d’entretien des dispositfs
mauvaise étanchéité des réseaux de collecte insuffisance de filière complète d’élimination ou de valorisation des matières de vidange
performance insuffisante des stations d’épuration
insuffisance de filière complète d’elimination ou de valorisation des boues

En Martinique, l’évacuation des eaux usées des particuliers pose souvent problème. En effet, le système individuel d’évacuation des usées usées (cf. schéma ci-dessous, assainissement non collectif) est souvent défaillant.
La plupart des martiniquais ont seulement une installation équipée d’une fosse, sans système d’épandage. Le système d’épandage doit être adapté à la taille de la parcelle, à la nature et à la pente des sols.
D’autre part, pour rester efficaces, les fosses septiques doivent être entretenues régulièrement.

[1Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt

[2Eau Résiduaire Urbaine