Logo préfècture région
DEAL MARTINIQUE
Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

Mammifères marins

publié le 4 août 2020

Généralités et protection

Baleines, dauphins, cachalots, orques … au total, une vingtaine de cétacés et dauphins fréquentent les eaux martiniquaises (voir fiche mammiferes marins (format pdf - 521.7 ko - 04/08/2020) ).
Les côtes de la Martinique constituent ainsi un habitat privilégié pour l’alimentation, la reproduction et la migration des mammifères marins. De par leurs effectifs et leur diversité, les populations résidentes ou de passage, garantissent une forte probabilité d’observation et une attraction riche en émotion pour les spectateurs. Et les usagers de le mer ne s’y trompent pas : les opérateurs touristiques, les plaisanciers et les plongeurs sont chaque année plus nombreux à partir à la rencontre de ces créatures fascinantes.

crédit photo OMMAG / Laurent Bouveret

Pour autant, les mammifères marins sont des animaux sauvages protégés au niveau national (arrêté du 1er juillet 2011) et local (arrêté préfectoral N° 2013-065-0007), particulièrement sensibles aux agressions sonores et évoluant pour certains en groupes sociaux. Leur approche et leur observation doit donc se faire dans des conditions respectant la réglementation les protégeant (la poursuite, la perturbation intentionnelle et le harcèlement sont interdits), leur bien-être (respect des périodes sensibles du cycle vital : repos, reproduction, chasse, socialisation) et la préservation de leur milieu (bruit, pollution).

Les baleines à bosse par exemple, fréquentent nos eaux à l’issue d’un long périple depuis le nord de l’Atlantique pour s’accoupler ou mettre bas, les mères et les baleineaux étant donc particulièrement vulnérables aux approches. Compte tenu de la faible fécondité de l’espèce (11 à 12 mois de gestation), une gêne répétée peut compromettre le succès de reproduction et donc la préservation de l’espèce. D’autres animaux résidents à l’année, comme les dauphins tachetés pantropicaux subissent quotidiennement une pression d’observation générant du stress et une modification visible des comportements.

Afin de limiter les conduites à risques, tant en terme de sécurité des personnes que de protection de ces animaux marins et de leur habitat, la DEAL a élaboré avec les professionnels du tourisme, les établissement publics, les associations et les services de l’état une charte d’approche et d’observation responsables des mammifères marins en Martinique. Ce document présente les règles et les recommandations officielles d’approches des cétacés permettant de concilier leur protection, un écotourisme de qualité et une observation responsable des plaisanciers.

C’est dans le cadre des Journées de la mer, le 6 juin 2013, que les opérateurs commerciaux et acteurs institutionnels dans le domaine de l’observation des mammifères marins ont cosigné cette charte avec Laurent Prévost, préfet de la Martinique.
Les différentes personnes présentes dont les professionnels du tourisme signataires se sont ainsi engagés à respecter les règles d’approche responsable garantissant la protection des animaux rencontrés.

Au delà des opérateurs touristiques, tous les usagers de la mer sont invités à respecter les règles d’approche pour minimiser le dérangement des animaux et profiter du spectacle en bonne entente avec les professionnels.

Une plaquette d’information reprenant de façon illustrée les principales recommandations de la charte est disponible à cet effet. Parce que ce patrimoine naturel constitue un bien unique et précieux que nous devons préserver pour les générations futures, ensemble, respectons les règles d’approche et d’observation responsables des mammifères marins.

Vous aussi, signez la charte !
 
Si vous êtes un particulier, vous pouvez signer en ligne
 
Si vous êtes un professionnel, veuillez contacter le référent milieu marin :
Pour en savoir plus :
 
Les plaquettes d’information sur la charte sont à votre disposition au centre documentaire, 4 bd de Verdun à Fort de France (contact : Gérard Mazurier, 05 96 71 25 04)
 
Consulter et télécharger les documents suivants :
 
 
 

Crédits photos OMMAG / Laurent Bouveret

Promouvoir une observation responsable des mammifères marins en Martinique

Lors de la réunion de la convention internationale de mer régionale de Carthagène, organisée en République Dominicaine du 23 au 25 octobre 2012, quatre sites des Antilles Françaises ont reçu le label d’Aires spécialement protégées.

  • la Réserve naturelle nationale de Saint Martin,
  • les Étangs lagunaires de Saint Martin,
  • la Réserve naturelle nationale de « Petite-Terre » en Guadeloupe
  • le Sanctuaire de mammifères marins Agoa

Cette labellisation met à l’honneur l’exceptionnelle biodiversité des Antilles françaises. Elle vient récompenser l’action du Ministère du Développement durable, du ministère en charge des collectivités d’Outre-mer, des collectivités territoriales d’Outre-Mer et de l’ensemble des partenaires locaux en faveur d’espaces écologiques remarquables de la région des Caraïbes.

Ce nouveau statut permettra en particulier au sanctuaire Agoa de devenir une aire marine protégée sur le plan national et d’entrer dans le champ de compétences de l’Agence française des aires marines protégées. Créé en 2010 sur l’ensemble de la zone économique exclusive des Antilles françaises, le sanctuaire Agoa est le second sanctuaire de mammifères marins après le sanctuaire Pelagos, créé en Méditerranée.

Vingt-trois espèces de mammifères marins ont été recensées par les acteurs locaux près des côtes de la Guadeloupe, de la Martinique, de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy depuis plus de vingt ans.

Pour en savoir plus :