Logo préfècture région
DEAL MARTINIQUE
Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

Actions de lutte

publié le 4 août 2020

Dans le cadre du « Programme d’amélioration des connaissances et conservation de la biodiversité 2013-2014 » le Parc Naturel Régional de la Martinique (PNRM) et ses partenaires, la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DEAL), le Conservatoire du Littoral, l’Association Le Carouge, l’Office Nationale des Forêts (ONF) et les villes du Robert et de Sainte-Marie, ont mené une Opération de dératisation des Ilets de Sainte-Marie et du Robert, du 18 février au 21 mars 2013.

Opération de dératisation des ilets du Robert et de Sainte-Marie

Le contexte

Dans le cadre du « Programme d’amélioration des connaissances et conservation de la biodiversité 2013-2014 » le Parc Naturel Régional Martinique (PNRM) et ses partenaires, la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DEAL), le Conservatoire du Littoral, l’Association Le Carouge, l’ Office National des Forêts (ONF) et les villes du Robert et de Sainte-Marie, ont mené une opération de dératisation des Ilets de Sainte-Marie et du Robert, du 18 février au 21mars 2013.

L’îlet de Sainte-Marie, la Pointe Pain de Sucre ainsi que les îlets Boisseau et Petit Piton, constituent des habitats naturels précieux pour la reproduction de la Sterne de Dougall (Sterna dougallii).
La Sterne de Dougall est une espèce protégée. Elle fréquente la Martinique d’avril à septembre et utilise les ilets non habités où elle niche en colonies.
Les activités anthropogéniques ont fortement impacté les habitats naturels utilisés par la Sterne de Dougall et ce,malgré les mesures de protection mises en place sur ces ilets.
Parmi les impacts négatifs, on note la présence importante d’espèces introduites,notamment celle du rat noir (Rattus rattus).
Les œufs et les poussins de Sterne de Dougall peuvent être prédatés par les rats qui constituent une menace sévère. Le rat noir est un omnivore qui se reproduit toute l’année et s’adapte aisément à divers habitats. Il figure sur la liste des 100 espèces les plus envahissantes au monde (IUCN 2011).

Les ilets concernés

Sainte-Marie, Pain de Sucre (Commune de Sainte-Marie) Ilets Boisseau, la Grotte, Madame, Petit Piton (Commune du Robert)

Les ilets concernés dans le cadre de ce programme de dératisation bénéficient de statut de protection distincts.

Ilet Boisseau en grand format (nouvelle fenêtre)
Ilet Boisseau
Ilet La Grotte en grand format (nouvelle fenêtre)
Ilet La Grotte
Ilet Madame en grand format (nouvelle fenêtre)
Ilet Madame
Ilet Sainte-Marie en grand format (nouvelle fenêtre)
Ilet Sainte-Marie
Ilet Sainte-Marie en grand format (nouvelle fenêtre)
Ilet Sainte-Marie
Le Pain de Sucre en grand format (nouvelle fenêtre)
Le Pain de Sucre
Le Pain de Sucre en grand format (nouvelle fenêtre)
Le Pain de Sucre

  • De plus, l’ilet Boisseau et la Pointe Pain de Sucre figurent dans la liste « Important Bird Area » (IBA) de Birdlife International1. La Martinique compte en tout 10 IBA.

L’ ilet la Grotte et l’ilet Madame sont habités et ne sont donc pas fréquentés par les Sternes de Dougall. Néanmoins, leurs proximités respectives avec les ilets Petit Piton et Boisseau imposent qu’une action de dératisation y soit menée, à titre préventif, afin d’éviter toute recolonisation des ilets utilisés par les Sternes. Ces ilets sont propriété de l’Etat, qui en a confié la gestion à l’Office National des Forêts (ONF). L’ilet Boisseau est sous juridiction du Conservatoire du Littoral.

Le protocole

Le protocole appliqué aux actions de dératisation a été développé par M. PASCAL de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) de Rennes, en 1998.

  • Durée et phasage

Le piégeage se déroule sur 20 jours et est divisé en deux phases :

  • Une session de piégeage mécanique de 10 jours consécutifs sur chaque site ;
Piégeage mécanique en grand format (nouvelle fenêtre)
Piégeage mécanique
Piégeage mécanique en grand format (nouvelle fenêtre)
Piégeage mécanique
Ratière numérotée en grand format (nouvelle fenêtre)
Ratière numérotée
Ratière numérotée en grand format (nouvelle fenêtre)
Ratière numérotée

  • Puis une session de 10 jours de piégeage chimique permet d’assurer une élimination complète des rats ayant évité les ratières.
Piégeage chimique en grand format (nouvelle fenêtre)
Piégeage chimique
Piégeage chimique en grand format (nouvelle fenêtre)
Piégeage chimique
Piégeage chimique en grand format (nouvelle fenêtre)
Piégeage chimique
Piégeage chimique en grand format (nouvelle fenêtre)
Piégeage chimique
  • Mode opératoire

Une moyenne de 16 pièges par hectare est installée. Les pièges numérotés, sont espacés de 20 m. Les pièges utilisés pendant la deuxième phase dans le cadre des captures chimiques sont disposés au même endroit que les ratières.
A chaque visite, les ratières sont « réappâtées ».
Les rats capturés sont exécutés.
Les espèces non ciblées attrapées dans les ratières sont libérées.
Les pièges chimiques sont « réappâtés » si nécessaire. Le poison est posé à l’intérieur d’un tube en PVC, afin d’éviter tout contact avec les espèces non ciblées.

Piégeage chimique en grand format (nouvelle fenêtre)
Piégeage chimique
Appât en grand format (nouvelle fenêtre)
Appât
Appât dans le tube PVC en grand format (nouvelle fenêtre)
Appât dans le tube PVC

Les rats ayant consommé le poison meurent quelques jours après ingestion du produit.

  • Base de données et suivi

L’ensemble des données est récolté sur une fiche type.
Les captures des rats et autres espèces non ciblées y sont renseignées.
La consommation des appâts, les numéros et états des pièges sont également notés.

Fin de l'opération en grand format (nouvelle fenêtre)
Fin de l’opération