Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Actualités & évènements

Réintroduction de la liane à barrique dans son milieu naturel

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 10 septembre 2021

La liane à barrique (Tanaecium crucigerum), tire son nom de l’usage qui en était fait par le passé. En effet, de par sa solidité, les lianes faisaient office de cordages pour cercler les barriques et également solidifier les canots.

Cette espèce, bénéficiant d’une protection ministérielle (arrêté de protection du 26 décembre 1988) est évaluée, selon les critères de l’UICN, en danger critique d’extinction. Les principales menaces qui pèsent sur cette espèce sont notamment les espèces exotiques envahissantes, la destruction de son habitat et le pâturage.

En Martinique, elle n’est connue que sur deux secteurs : Bellefontaine où une population fait l’objet d’un arrêté de protection de biotope et le Marin où des individus ont été découverts très récemment.

Dans le cadre de ses missions de conservation des espèces rares et menacées, le Conservatoire botanique national de Martinique a rédigé un plan directeur de conservation (PDC). Une des actions phares de ce PDC est la création de néo-populations sur des secteurs où l’espèce était connue par le passé afin d’améliorer l’état conservatoire de l’espèce. Fin août, des plantations ont eu lieu sur les communes de Case-Pilote et le Carbet en bord de rivière qui constitue son habitat de prédilection. D’autres plantations sont programmées et un suivi des néo-populations est réalisée afin de s’assurer de la bonne reprise des individus

Il s’agit de la première opération de réintroduction d’une espèce végétale protégée en Martinique.