Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Actualités & évènements

Lutte contre une espèce exotique envahissante

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 octobre 2020

Face aux espèces exotiques envahissantes les plus problématiques et occasionnant le plus d’impacts négatifs (qu’ils soient d’ordre écologique, économique ou sanitaire), la stratégie nationale consiste à mettre en place des plans de lutte. En Martinique, il en existe spécifiquement un pour l’iguane rayé (Iguana iguana). En plus de représenter la principale cause du déclin de l’iguane péyi (Iguana delicatissima), espèce endémique des petites Antilles, l’iguane rayé peut également poser de nombreux autres problèmes dans les zones où il se trouve en grande densité.

Une trop forte concentration d’iguanes rayés sur une zone peut entraîner un surpâturage de la végétation, et notamment des palétuviers en bord de mangrove, ce qui peut provoquer la fragilisation de tout cet écosystème essentiel au développement et à la survie de nombreuses espèces marines. La présence d’iguanes rayés en milieu urbain entraîne également des impacts économiques et sanitaires (les iguanes pouvant déstabiliser les infrastructures en creusant leurs nids dans le sol et pouvant être vecteurs de plusieurs pathogènes).

Pour toutes ces raisons, un Plan de Lutte contre l’Iguane Commun (PLIC) a été mis en place et est animé par la DEAL Martinique. L’objectif est de pouvoir contenir l’expansion géographique de l’iguane rayé vers les dernières zones « refuge » de l’iguane péyi (forêt du nord de la Martinique et îlet Chancel) et de limiter ses impacts dans les zones où il est en grande densité (Fort-de-France par exemple).

Dans le cadre du PLIC, la DEAL, en partenariat avec l’OFB (Office Français de la Biodiversité), est en train de former des agents des communes et des communautés d’agglomération à la capture des iguanes rayés présents sur les secteurs où l’iguane péyi est absent (Centre et Sud de la Martinique), afin de former un réseau de veille et de répondre aux signalements des habitants. Un travail similaire est réalisé pour la zone Nord de la Martinique par l’ONF, en tant qu’animateur du Plan National d’Actions pour la sauvegarde de l’iguane péyi. De plus, des journées de lutte sont organisées avec l’ONF, le PNRM, l’OFB et des prestataires privés, pendant lesquelles le maximum d’iguanes rayés sont attrapés sur une zone définie.

Capture d’un iguane rayé à Fort-de-France
© DEAL Martinique

Capture d'un iguane rayé à Fort-de-France © DEAL Martinique
En complément de ces actions, un travail de réflexion est en cours au niveau de la DEAL pour trouver un moyen d’intervenir directement au niveau des nids et des œufs pour la régulation de l’espèce et un travail sur la valorisation des iguanes rayés (étude scientifique des pathogènes, consommation de la viande, cuir, …) devrait être mené prochainement avec la DAAF.

Qui s’occupe de la régulation de l’iguane rayé en Martinique ?

Pour plus d’information sur les iguanes en Martinique, consultez cette page :
http://www.martinique.developpement-durable.gouv.fr/iguanes-a1417.html