Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Paysage Eau Biodiversité

Le plan d’action pour les tortues marines de la Martinique

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 octobre 2011 (modifié le 28 novembre 2018)

Autrefois très diversifié, le groupe des tortues marines ne compte plus aujourd’hui que 7 espèces : la tortue verte (Chelonia mydas), la tortue à dos plat (Natator depressus), la tortue caouanne (Caretta caretta), la tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea), la tortue de Kemp (Lepidochelys kempii), la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata) et la tortue luth (Dermochelys coriacea).

Exceptée la tortue à dos plat, dont l’aire de répartition se limite à l’Océanie et la tortue de Kemp que l’on trouve plus au nord, toutes les autres espèces de tortues marines sont susceptibles d’être rencontrées aux Antilles françaises.

Tortues marines de Martinique   en grand format (nouvelle fenêtre)
Tortues marines de Martinique
(fiche d’identification)

Ordre des Testudines Espèce Nom Nom vernaculaire
Famille des Cheloniidae Chelonia mydas Tortue verte Tôti vé, tôti blanc, tôti soleil
Caretta caretta Tortue caouanne Kawan, tôti jaune,tôti grand’lo
Lepidochelys olivacea Tortue olivâtre Zekal ron
Eretmochelys imbricata Tortue imbriquée Karet
Famille des Dermochelyidae Dermochelys coriacea Tortue luth Tôti a klin, tôti cerkeil, kawan, tôti chaloup, tôti gran d’lo

Seules la tortue imbriquée, la tortue luth et occasionnellement la tortue verte viennent se reproduire sur les plages de la Martinique. Elles viennent pondre principalement de février à août et les éclosions se font après deux mois d’incubation.

tortue imbriquée
tortue imbriquée
(Eretmochelys imbricata)
tortue verte
tortue verte
(Chelonia mydas)
tortue luth
tortue luth
(Dermochelys coriacea)

Le réseau "tortues marines de Martinique" : pour une meilleure connaissance de ces espèces

Le Réseau Tortues Marines de Martinique est piloté par la Direction de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement (DEAL) et est coordonné par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS).

L’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage a pour rôle entre autre de coordonner les actions de terrain, de gérer les données obtenues par les suivis sur les plages (tortues en ponte) et en plongée, de mettre en œuvre des actions de sensibilisation et de valoriser les actions du réseau tortues marines au niveau national et international. Le bilan de la mise en œuvre du Plan d’actions pour les Tortues Marines de Martinique 2007-2012 est en cours de réalisation avec la tenue prochaine d’un comité de pilotage.

Le réseau tortues marines comprend :

  • Les associations qui collectent des données sur les tortues en ponte :
  • Kawan,
  • Reflet d’ Culture,
  • Société pour l’ Etude, la Protection et l’ Aménagement de la Nature à la Martinique (SEPANMAR).

Elles effectuent aussi des programmes de sensibilisation auprès des scolaires et du grand public.

  • Les clubs de plongée et la Commission Régionale Environnement et Biologie Subaquatiques Martinique (CREBS). Les plongeurs procèdent à la collecte de données sur les tortues marines observées en plongée.
  • Les communes et les collectivités locales (Le Diamant, St Anne, Le Robert, Le François, Le Lorrain, Schoelcher…) ainsi que le conseil régional et le conseil général.
  • Et d’autres membres actifs du réseau :
    • Surfrider
    • Carbet des sciences
    • L’Office National des Forêts (ONF)
    • le Parc Naturel Régional de la Martinique (PNRM)
    • le Conservatoire du Littoral, le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS)
    • les forces de police
    • les gendarmes
    • les douanes
    • les Affaires Maritimes
    • le Comité Martiniquais du Tourisme (CMT)
    • l’Observatoire du Milieu Marin Martiniquais (OMMM)
    • l’Université Antilles-Guyane (UAG).

Le réseau tortues marines fait partie du programme WIDECAST (Wider Caribbean Sea Turtle Conservation Network) et du Groupe Tortues Marines France (GTMF). Les objectifs du plan d’actions pour les tortues marines de la Martinique prévoient plusieurs actions internationales, en partenariat avec le WIDECAST, de manière à protéger les tortues sur l’ensemble de leur aire de migration.

Pour plus d’informations :

Suivi des tortues marines aux Anses d’Arlet

Une nouvelle campagne a été faite en juin 2015 avec quatre-vingt tortues étudiées et 10 équipées de balises argos. Les premiers résultats sont accessibles.
Cliquez ici pour les suivre en direct !

Les consignes à adopter :

"Que faire en cas de rencontre avec les tortues ?

En ponte

  • Limiter le nombre d’observateurs à 10. Rester hors du champ de vision de la tortue.
  • Se tenir à distance de l’animal.
  • Ne pas éclairer les tortues marines avec une lampe ou le flash d’appareil photo.
  • Ne toucher ni les œufs, ni les tortues.

Télécharger l’aménagement du littoral et préservation des sites de pontes des tortues marines

Nouveau-nés  

  • Ne pas les toucher : un trajet sur le sable est nécessaire à la fin de leur développement, ne pas se positionner entre les petits et la mer.
  • Ne pas collecter les nouveau-nés, aucun élevage n’est autorisé.
  • Les petits sont extrêmement photosensibles :
    • pas d’éclairage artificiel, pas de flash.
    • En cas de désorientation par les lumières parasites placez-vous entre les petits et les lumières afin de projeter une zone d’ombre sur les petits.

Faites-nous part de vos observations, appelez le réseau tortues marines.

Tortue morte ou blessée : en mer ou échouée :
Appelez immédiatement le réseau tortues marines au 06 96 234 235
Les tortues capturées accidentellement dans les cordages de casiers peuvent être sauvées même plusieurs heures après l’arrêt respiratoire de l’animal : appelez tout de suite le réseau tortues marines.

Braconnage  

  • En cas de suspicion de braconnage contactez le responsable du Service Mixte dePpolice de l’Environnement (SMPE) au 06 96 32 24 71 ou le responsable ‘police de l’environnement’ de la Direction de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement (DEAL) au 06 96 84 84 98.
  • Toutes les tortues marines, leurs œufs et leurs habitats sont intégralement protégés par un arrêté ministériel de 2005 (Les peines encourues sont de 1 an de prison et jusqu’à 22500 euros d’amende et la saisie du matériel selon le Code rural)

Pour en savoir plus sur les activités du Réseau télécharger


Télécharger la plaquette Les tortues marines et les usagers de la mer (version imprimable) (format pdf - 1.2 Mo - 19/01/2015)

La pollution lumineuse (éclairage surabondant et mal orienté) est une source de dérangement important des tortues marines.
Pour le limiter, voici quelques conseils :

Télécharger : La plaquette pollution lumineuse un danger pour les tortues marines (version imprimable) (format pdf - 437.6 ko - 22/07/2014)