Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Paysage Eau Biodiversité
 

Invertébrés

 
 

Les invertébrés terrestres, les crustacés, les mollusques et les échinodermes

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 2 mai 2011 (modifié le 28 novembre 2018)

Les invertébrés terrestres

Aucun inventaire exhaustif n’est disponible sauf pour certains ordres (lépidoptères rhopalocères, lépidoptères hétérocères (Sphingidae, Saturnidae, Arctidae et en partie les noctuelles et pyrales (Le Duchat d’Aubigny, Lalanne-Cassou et al. 1995), Castnidae (Pierre and Pierre-Baltus 2003), Pterophoridae (Bigot and Deknuydt 1998)).

Chalumeau s’est intéressé aux coléoptères et en particulier aux Scarabeidae. Parmi cette famille, l’espèce la plus connue est le dynaste hercule dont la sous-espèce martiniquaise (Dynastes hercules reidi) est protégée par l’arrêté préfectoral du 9 novembre 1995 (Pinchon 1976).

Trente-trois espèces de Scarabeidae ont été recensées en Martinique dont 6 endémiques de l’île et 6 autres des Antilles (Chalumeau 1983). Il s’est aussi intéressé aux coléoptères Cicindelidae (Balazuc and Chalumeau 1978).

Villiers a mené une étude sur les Cerambycidae (Villiers 1980). Parmi l’ordre des orthoptères, une étude des phasmes a été effectuée en 1998 et cinq espèces ont été recensées et une est considérée comme endémique de la Martinique (Donskoff, Langlois et al. 1999 ; Dorel, Langlois et al. 2000).

La Société Française d’Odonatologie a réalisé en 1999 un inventaire partiel des libellules de Martinique (Dommanget 2000 ; Donnelly 2000 ; Dumont 2000). Une liste de 22 espèces d’anisoptères (demoiselles) et de zygoptères (libellules) a été établie. Peu de renseignements sur certains ordres comme les Hyménoptères, Diptères, Hémiptères (hétéroptères), isoptères sont disponibles.

<I><SMALL><CENTER>Etude faunistique des libellules de Martinique</CENTER></SMALL></I>  (nouvelle fenetre)
<I><SMALL><CENTER>Etude faunistique des libellules de Martinique</CENTER></SMALL></I>
<I><SMALL><CENTER>Reconnaître les libellules de Martinique</CENTER></SMALL></I>   (nouvelle fenetre)
<I><SMALL><CENTER>Reconnaître les libellules de Martinique</CENTER></SMALL></I>
photos DIREN-SFO

Bonet a produit un rapport sur les mygales martiniquaises en 1994 (Bonet 1994). La matoutou, Avicularia versicolor, endémique de la Martinique est protégée par arrêté préfectoral du 9 novembre 1995. D’autre part, Lopez a étudié d’autres arachnides (Lopez 1994 ; Lopez 1996-1997). Cinq espèces de scorpions ont été décrites de la Martinique (Lourenço 1984 ; Lourenço 1987).

Les crustacés

Plus de 40 espèces de crustacés décapodes (homards, crabes, langoustes) ont été recensées en Martinique et la liste n’est pas exhaustive (Maréchal 1998 ; Lim, Meunier et al. 2002).
13 espèces de crustacés fréquentent les eaux douces de la Martinique (Lim, Meunier et al. 2002). Trois de ces espèces sont endémiques des Antilles. Les autres espèces se rencontrent en mer (certains crabes, araignées et les crevettes de mer…), sur l’estran, le littoral sableux ou en mangroves et en arrières-mangroves (crabes dont certains très prisés pour leur chair comme Cardisoma guanhumi).

cémafot
cémafot
(Uca rapax)
crabe de terre
crabe de terre
(Cardisoma guanhumi)
photos DIREN

Les mollusques et les échinodermes

Sur 37 espèces de mollusques terrestres recensées, au moins 11 et peut être 15 sont endémiques (Bouchet and Von Cosel 1991). Par ailleurs, sur les 20 espèces de mollusques d’eaux douces recensés, aucune ne présente un endémisme (Bouchet and Von Cosel 1991). Melanoides tuberculata a été découverte pour la première fois en 1979 en provenance d’Afrique de l’Est. Les études ont montré une rapide colonisation de toute l’île (Pointier, Thaler et al. 1993). Une autre espèce, Amerianna carinata, venant d’Australie a été découverte dans la rivière du Galion en 1987 (Pointier 1996). Il est raisonnable de penser que d’autres espèces ont été introduites via les échanges maritimes, en particulier dans les rades et les ports.

Plus de 360 espèces de mollusques marins ont été recensées en 1984 (Lamy, Pointier et al. 1984) mais les auteurs admettent qu’un nombre de 500 à 600 espèces fréquentent les eaux marines et exploitent les herbiers, les récifs coralliens. Lesley Sutty a réalisé plusieurs inventaires pour la Société des Galeries de Géologie et de Botanique de la Martinique et une collection y est entreposée. Ses travaux ont donné lieu à la publication d’ouvrages (Sutty 1984 ; Sutty 1990 ; Sutty and Tucker Abbott 1998). Le plus connu de tous les mollusques marins est le lambi (Strombus gigas), espèce soumise à réglementation internationale (CITES), qui fait l’objet d’un commerce aux retombées importantes dans toute la Caraïbe.

Une quarantaine d’espèces d’échinodermes se rencontre dans les eaux de la Martinique et le plus connu est l’oursin blanc Tripneustes ventricosus. Cette espèce est très consommée et recherchée en Martinique. Sa pêche est réglementée par un arrêté préfectoral.